Portraits d'opérateurs

biotraq
Biotraq, capteurs connectés et « smart data » au service de la qualité
 

La prometteuse jeune pousse Biotraq, qui propose aux entreprises un outil d’optimisation de la traçabilité de leurs produits, s’est implantée en décembre 2016 au sein de la pépinière du Marché de Rungis. Olivier Duchesne de Lamotte, président et co-fondateur de BIOTRAQ, nous présente les avantages de son service en matière de rentabilité et de lutte contre le gaspillage qui lui ont valu d’être retenus lors du prestigieux Consumer Electronic Show, le plus grand salon dédié aux loisirs technologiques et à l'univers du numérique, qui s’est déroulé à Las Végas du 5 au 8 janvier 2017.

 

biotraq_posterQuelle est la genèse de votre projet ?

Personnellement, j’ai été sensibilisé très tôt à la question du gaspillage alimentaire, en particulier lors d’un stage dans un grand hôtel en Guinée où le contraste entre la nourriture jetée à l’intérieur et le manque de nourriture disponible à l’extérieur était choquant. Plus tard, au début des années 2010, j’ai eu à m’intéresser de près à la question de la traçabilité et de la qualité alimentaire à l’occasion de l’intégration d’une mesure de temps/température pour le compte d’une entreprise dans le cadre de mon activité de conseil stratégique opérationnel et financier.

La perception qu’il existait un besoin important pour limiter les pertes dans le secteur de l’alimentaire et les possibilités considérables offertes par le numérique m’ont conduit à créer Biotraq en 2013 avec deux associés principaux, l’un expert en matière de risques sanitaires alimentaires et l’autre dans le domaine des systèmes d’information et de gestion des données critiques. Entre autres partenariats, nous nous sommes appuyés sur un accord-cadre avec AgroParisTech pour développer nos recherches.

 

 

En quoi consiste l’application que vous avez développée ?

Biotraq est une application qui permet de piloter en temps réel la qualité des produits à partir de capteurs connectés, de l’analyse des données et d’interfaces de restitution dédiées.  C’est la première application permettant de calculer l’impact des conditions de l’environnement logistique sur la qualité et de proposer des actions correctives en temps réel par l’envoi d’information ciblée sur un ordinateur ou un téléphone. En cas de perte de maîtrise d’un ou plusieurs facteurs (température, humidité, lumière, chocs…), l’application évalue en temps réel l’impact sur le produit, le localise et permet de piloter les corrections nécessaires. Biotraq permet par exemple de gérer en temps réel la collecte et la livraison d’un lait en fonction de sa qualité et de sa destination, d’alerter un chauffeur ou un réceptionnaire qu’un problème intervient sur une marchandise, d’éviter de dédouaner une cargaison si elle est trop dégradée, de garantir le parfait respect des conditions de conservation d’un produit jusqu’à son destinataire, etc.

A qui s’adresse votre application et quels avantages présente-t-elle ?

Biotraq s’adresse à tout opérateur, de production, de logistique ou de distribution, qui, pour des raisons réglementaires ou marketing, doit démontrer la maîtrise de la qualité de ses produits ou de ceux dont il a la responsabilité. Les avantages sont multiples. Le premier, c’est bien sûr de limiter les pertes. Jusqu’à présent, en cas de problème dans la chaîne alimentaire, les opérateurs ont le réflexe de détruire les produits dès qu’ils ont un doute, en l’absence d’information sur leur état réel. On estime ainsi que près d’un quart du gaspillage alimentaire mondial a lieu dans la chaîne d’approvisionnement. Grâce à notre outil, l’opérateur, désormais informé, peut prendre une décision de maintenir le produit avec une preuve que sa qualité n’est pas altérée. Au-delà de la maîtrise du gaspillage, Biotraq améliore la rentabilité à d’autres niveaux : il permet d’amortir les systèmes de traçabilité ou de métrologie ou encore d’éviter les procédures de contrôle réalisées manuellement à réception des marchandises, rendues inutiles par la connaissance de l’information sur l’état des produits. Enfin le pilotage de la qualité présente une valeur marketing élevée, notamment pour des produits  à haute valeur ajoutée. Quand vous êtes une grande marque de champagne ou de foie gras, il est important de pouvoir vous assurer du contrôle de la qualité de votre produit jusqu’à sa distribution finale et de pouvoir la garantir à votre consommateur.

A quel stade en êtes-vous de votre développement ?

2016 a été pour nous l’année de la notoriété, avec l’obtention de plusieurs distinctions. 2017 sera celle du financement et du développement commercial. Afin de proposer un produit efficace et répondant aux demandes des professionnels, des prototypes sont actuellement en test chez plusieurs clients. La prochaine étape sera l’industrialisation de la solution. Notre participation au CES de Las Végas, pour lequelle nous avons été retenus par La Poste dans l’équipe de France « Internet of Things », nous a permis d’assoir la réputation de notre concept. Notre équipe compte aujourd’hui cinq personnes mais nous comptons embaucher cette année.

Pourquoi avoir choisi d’emménager à Rungis ?

Cela correspond à notre volonté de passer du stade de la conception à celui du développement commercial et industriel. Tous les grands noms du transport, de la logistique et du commerce des produits frais sont représentés ici. La confrontation avec les réalités des besoins des entreprises va nous permettre de progresser très rapidement. Notre arrivée s’articule bien avec l’engagement régulièrement réaffirmé par le Marché de Rungis de lutter contre le gaspillage alimentaire.

 

 

TOUS LES PORTRAITS DE LOCATAIRES

Antoine Boucomont, P-DG de Le Delas

Antoine Boucomont inaugurait le 29 juin 2017 le nouveau magasin Provinces Gastronomie, filiale de Le Delas, situé au cœur du pavillon V1P, le pavillon des viandes du Marché de Rungis. L’occasion de re...